Le Mobile des réactions de la Bourse Suisse aux Spectacles

Ce que vous vouliez encore dire et ce que nous en avons fait. Vos idées, nos réponses.

Qu’est-ce qui m’a ému, énervé, réjoui, ou encore étourdi, à la Bourse Suisse aux Spectacles ? Quelles perles ai-je découvertes, et qu’est-ce qui n’a absolument pas marché ? Qu’est-ce qui m’incite à revenir chaque année, et qu’est-ce qui devrait être amélioré ? La Bourse Suisse aux Spectacles vit grâce aux performances des artistes, mais aussi grâce aux réactions du public. Que vous soyez adepte d’arts de la scène, agent-e, organisateur/trice ou artiste : l’équipe de la Bourse Suisse aux Spectacles s’intéresse aux avis et aux impressions des participants, qu’ils soient du côté des gradins, de la scène ou en coulisse. «Je voudrais encore dire… », c’est un dialogue ludique autour de la Bourse aux Spectacles et de ses multiples rouages.

De vendredi à dimanche, Foyer Schadau, sortie Piazza

Concept et installation : Antoine Zivelonghi

Vos retours étaient nombreux, sans complaisance, revigorants et francs. Nous les prenons au sérieux et nous tenons notre parole: vos feedbacks nous ont donné des idées qui seront appliquées à l’édition 2017 de la Bourse Suisse aux Spectacles. Nous avons aussi de bonnes raisons expliquant pourquoi certaines choses ne peuvent pas être changées. Vous trouverez ci-après une sélection des suggestions les plus courantes et (en cliquant sur le signe +) nos réponses à celles-ci:

1. Nous aimerions voir de nouvelles choses inhabituelles! Et pourquoi le programme musical prend-il autant de place dans le programme général?

Nous avons reçu près de 180 candidatures cette année. La tâche de la commission de sélection est de constituer une programmation équilibrée à partir de toutes ces candidatures, correspondant à la fois aux critères qualitatifs requis dans leur forme et dans leur contenu, mais répondant aussi aux contraintes techniques et aux conditions financières des organisateurs. Lors de la sélection des productions, la commission veille par ailleurs à trouver un équilibre entre les genres scéniques, les artistes émergents et établis, les artistes nationaux et internationaux, les styles confirmés et expérimentaux. Au regard de la diversité des genres existants, il est difficile de satisfaire tous les goûts. Au final, le programme de la Bourse Suisse aux Spectacles repose sur les candidatures qui nous sont parvenues. Cela signifie par exemple que nous ne pouvons pas créer de spectacles expérimentaux de clown si nous n’avons pas reçu de candidature dans ce genre artistique.

2. Il y a beaucoup de productions francophones. Il vaudrait mieux qu’elles soient concentrées dans un même programme.

La Bourse Suisse aux Spectacles est un événement national qui doit contribuer à dépasser les frontières linguistiques entre les régions de la Suisse où se déroule la création théâtrale et ainsi veiller à la cohésion nationale. La part de productions francophones dans le programme est de 25% ce qui correspond au pourcentage officiel, un quart de la population suisse parlant français. Les productions germanophones représentent proportionnellement 65% et italophones 10% de la programmation. Nous vous invitons de tout cœur à passer outre la barrière des langues. Il y a beaucoup de choses passionnantes à découvrir de l’autre côté de la barrière de röstis, notamment des productions non parlées! Les productions francophones et italophones sont déjà concentrées sur le samedi et le dimanche matin.

3. Merci de repenser le format 10 x 10. La qualité n’est pas toujours au rendez-vous.

Le format 10 x 10 est comme une pochette-surprise, qui renferme des choses inattendues. C’est une question de hasard et de chance: les productions montrées sont tirées au sort. Chaque candidature a donc les mêmes chances de participation. Nous sommes conscients que le format 10 x 10 polarise les opinions. Nous sommes toutefois convaincus de la nécessité de cette scène ouverte offrant une plateforme à de nouveaux talents inconnus et à des productions en cours de développement. Cette scène a du reste déjà servi de tremplin à la carrière scénique de l’un ou l’autre artiste. Nous portons toutefois une attention particulière à la qualité et au professionnalisme, c’est pourquoi nous réfléchissons à la manière dont nous pouvons améliorer ces points.

4. La Latenight Bar est vraiment cool, sauf qu’elle ne ferme pas tard et ne justifie donc pas son nom… Merci d’ouvrir jusqu’à 4h00 du matin!

Oui, la Bourse Suisse aux Spectacles est aussi là pour terminer en beauté une journée trépidante, après avoir vécu un tourbillon d’émotions, en sirotant une bière ou un verre de vin tout en se défoulant sur la piste de danse! Après mûre réflexion, nous sommes arrivés à la conclusion qu’il n’est pas irresponsable de fermer la Late Night Bar à 3h00. Danser non pas jusqu’au petit matin, mais au moins plus longtemps que par le passé. Que la fête commence!

5. Pourquoi la dernière représentation ne peut-elle pas commencer plus tôt, pour réussir à arriver à la gare avec les transports publics?

La Bourse Suisse aux Spectacles est une manifestation complexe, aux multiples rouages, qui présente une foule de productions nationales et internationales sur trois jours. Pour que tout fonctionne sans anicroches, il est essentiel de suivre un timing bien précis assurant la qualité technique de cette programmation dense. Pour y veiller, une équipe technique extrêmement professionnelle travaille sans relâche de 8h00 à minuit. Un temps de préparation est nécessaire avant chaque bloc de spectacles, durant lequel l’équipement technique requis est installé et les artistes peuvent se concerter avec l’équipe technique. Le plan horaire ne peut pas être resserré, raison pour laquelle le dernier bloc du vendredi et du samedi ne termine qu’à minuit.

6. Le choix culinaire est restraint, merci de varier en faisant preuve d’un peu plus de créativité!

Avec ses périodes creuses et de grande affluence, la Bourse Suisse aux Spectacles représente un défi pour la variété gastronomique. Nos partenaires restaurateurs s’efforcent de concocter des offres culinaires alléchantes et discutent entre eux pour varier leurs propositions. Nous avons pris en compte cette demande de diversité et avons donc élargi notre offre culinaire cette année. Nous en avons déjà l’eau à la bouche!

7. Avec autant de monde, une zone de repos serait la bienvenue.

Le KKThun est plein à craquer pendant la Bourse Suisse aux Spectacles, il n’y a par conséquent pas d’espace pour aménager des zones de repos. L’arène de la salle Lachen ouest possède des sièges qui peuvent être utilisés quand il n’y a pas de spectacle. Nous conseillons fortement à tous ceux qui veulent se reposer d’aller au bord du lac de Thoune et à l’Eglise Scherzligen qui propose une programmation différente dans une ambiance de recueillement et de tranquillité, loin de l’effervescence de la bourse. Le lieu idéal pour se détendre!

Cette année aussi, vos feedbacks constructifs, sincères et critiques sont les bienvenus. Ecrivez-nous simplement vos impressions, vos pensées et vos idées, peu importe qu’elles concernent le programme, l’organisation, la restauration, l’exposition ou encore l’ambiance – le mobile dans le Foyer Schadau devient ainsi le baromètre de l’atmosphère de la Bourse. Vos retours contribuent à l’évaluation de la Bourse Suisse aux Spectacles et influenceront l’organisation des prochaines éditions !